Marie Voignier
Vassilis Salpistis
01 entretiens.png

 

Credit photo: Marie Voignier / Vassilis Salpistis

Marie Voignier

Après des études scientifiques à Compiègne et à Berlin, Marie Voignier est diplômée de l’école des beaux-arts de Lyon en 2004. Marie Voignier s’intéresse avant tout à des réalités nouées, à des histoires complexes où se mêlent plusieurs vérités. Chacun de ses projets est construit suivant une méthode d’approche singulière, guidée par le sujet et les relations humaines qu’il tisse. Si ses œuvres paraissent nourries d’un esprit d’enquête et de témoignage, elles déjouent toute assignation de l’image au récit du vrai en laissant une part agissante au sujet lui-même. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles, au CAC Brétigny (2009), au centre d’art Espace croisé de Roubaix (2011), à la galerie Kappatos à Athènes (2014), à LAXART Los Angeles (2019). Elle a également participé à la Biennale de Venise en 2017. Ses films sont aussi montrés dans des festivals de cinéma comme la Berlinale (2017), la Viennale (2017), l’IFFR Rotterdam (2012), et au FID Marseille.

Vassilis Salpistis

 

Vassilis Salpistis est né à Thessalonique et il vit et travaille à Paris. Il fait ses études à l'école d'art de Saint-Étienne puis aux Beaux-Arts de Paris où il obtient son diplôme en 2000.

Il est représenté à Athènes par la galerie Kappatos et expose en France et à l’étranger.

Son travail artistique a comme point de départ une approche de la peinture qui revendique une diversité formelle et technique, et qui se déploie en dehors du strict cadre de ce médium, pour privilégier l’intégration d’autres pratiques telle que la vidéo et l’image imprimée, dans un rapport toujours plus élargi à l’image. Sa pratique s’ouvre également vers l’écriture, notamment à travers

la performance.

Entretiens (Projet d’illustration) - Marie Voignier & Vassilis Salpistis

De larges parties de chaque entretien ont été remplacées par une documentation photographique des thématiques abordées.

 

Agent double, Vassilis Salpistis

 

Agent double est un film-performance ou plutôt une performance qui a lieu simultanément et devant la projection d'un film.

 

Le point de départ de ce projet est quasi documentaire, il s'agit de mon accession à la nationalité française. Ce micro événement, constitue paradoxalement tout à la fois un détail administratif et un bouleversement de la manière de percevoir son identité: changer une habitude de vingt ans en essayant d’apprendre à ne plus être un étranger.

Le film qui accompagne la performance traite la question de la constitution de cette identité nationale à travers deux fictions. La première est un extrait du dernier opus des aventures de Jason Bourne dans lequel l'ancien agent de la CIA poursuit sa cavale en traversant la nuit Athénienne et les grandes manifestations qui ont précédé l’ascension de la gauche au pouvoir.

L'actualisation géopolitique de la saga hollywoodienne éprouve ses ressorts narratifs sur fond du nouvel exotisme social grec, dans des rues d’Athènes, fantasmées, réécrites et reconstituées en Tenerife pour les besoins du tournage.

 

La deuxième fiction n'en est pas toute à fait une, même si elle fait appel à ces mêmes ressorts narratifs. Il s'agit d'un film de quelques minutes qui nous a été projeté lors de la cérémonie d'accueil dans la citoyenneté française à laquelle sont conviés tous les nouveaux citoyens.

Que ça soit à travers la musique, la voix-off ou le montage, les mêmes moyens cinématographiques sont déployés pour décrire en quoi consiste notre nouvelle identité, notre devenir français, comme l’indique le titre du film en question.

La performance entame une réflexion sur la mutation de l'identité individuelle dans sa circulation dans les deux constructions nationales, en partant des films pour rejoindre la peinture, à travers une divagation au départ d'un autoportrait au visage peint en bleu réalisé il y a quelques années, un bleu qui pourrait être une marque d'appartenance, comme celle des supporteurs sportifs, et qui si il s'agit d'un bleu roi, un bleu français, appellerait à la recherche d'un bleu ciel qui serait son pendant grec.

à travers le paradigme fictionnel de l’agent double, le projet examine les processus évolutifs de mythification à l’oeuvre dans la constitution des identités nationales en y opposant l’hypothèse d’une nouvelle identité fluide, vrai et fausse indifféremment, n’existant que dans un état de crise.

 

Voici la captation de la performance dans le cadre de la soirée "Hax Pax Max" pour

CaroSposo à la Cinémathèque Robert-Lynen à Paris :